Permaculture #2 : Le design

Après avoir posé les bases de la permaculture, nous allons maintenant voir comment elle peut nous aider dans la conception d’un système. C’est ce qu’on appelle le design. L’image ci-dessus est l’état actuel de notre réflexion. C’est un travail qui prend du temps, puisqu’il est nécessaire d’observer en détails le terrain pour faire ensuite les bons choix, surtout quant il s’agit d’un système à vocation agricole.

L’Observation, point clé de la préparation d’un design

Les points à prendre en compte sont nombreux, en voici une liste non exhaustive : l’orientation vis-à-vis du soleil, le climat, les micro-climats éventuels, la pente du terrain, la végétation en place, le sens du vent, les accès, les points d’eau s’il y en a… Il faut bien comprendre que si certains de ses points peuvent être facilement déterminés grâce au cadastre ou à des cartes disponibles sur Géoportail, d’autres nécessitent une observation plus longue. On dit souvent qu’il faut passer une année, soit les quatre saisons, sur un terrain vierge avant de débuter son aménagement mais on a rarement ce temps-là ! Plusieurs mois sont à mon sens un minimum pour appréhender correctement le terrain et son environnement.

Une fois les informations collectées, il est intéressant de les classer selon l’échelle de la permanence. C’est un outil créé par l’australien Percival Yeomans visant à hiérarchiser les éléments de l’environnement selon leur permanence.

L’idée derrière cet outil est de minimiser ses efforts pour façonner le paysage en fonction de ses besoins. Il est par exemple plus simple pour aménager un accès de couper un arbre plutôt que de déplacer une route existante.

A ce stade, vous pouvez imprimer le plan cadastral de votre terrain et venir y superposer des calques selon l’échelle de la permanence. Durant ces premières phases préparatoires, il est également important de questionner ses limites et ses ressources par rapport à l’objectif à atteindre : quel est mon budget ? de combien de temps je dispose ? est-ce que je peux me faire aider ?

Le design est un savant mélange de tous ces éléments. Votre première ébauche devra prendre en compte un maximum de ses éléments de contexte tout en gardant à l’esprit la vision systémique et en veillant à appliquer les principes énoncés dans le premier article. Rassurez-vous, le design est un processus répétitif, vous aurez besoin de plusieurs versions avant de trouver la bonne combinaison ! Je ne peux que vous conseiller d’imprimer un plan nu de votre terrain au format A3 voire plus grand et de réaliser des étiquettes pour chaque élément de votre design, existant ou futur (maison, poulailler, mare, tas de compost, arbre…). Vous pourrez ensuite les déplacer sur le plan, réfléchir aux interactions et trouver la meilleure place pour chacun.

Le principe de zonage
La permaculture fait appel à la notion de zones pour organiser la planification dans l’espace. C’est majoritairement du bon sens mais cela aide à placer les éléments. Le principe se base sur 6 zones partant de l’habitat jusqu’à la zone dite sauvage :
 
  • Zone 0 : L’habitation et ses occupants
  • Zone 1 : Lieux visités plusieurs fois par jour (poulailler, bac de plantes aromatiques, serre à semis, partie du potager ou du verger nécessitant une attention particulière…)
  • Zone 2 : Lieux généralement visités plusieurs fois par semaine (verger, légumes à culture dites « simples » comme les courges, parcours des volailles…)
  • Zone 3 : Lieux nécessitant une présence plus faible (cultures de céréales, verger avec fruitiers rustiques ou fruits à coques, pâturage…)
  • Zone 4 : Lieux rarement visités, quelques fois par an (forêt utilitaire, bois de chauffage, pâture lointaine pour le bétail…)
  • Zone 5 : Zone témoin jamais visitée, laissée à la nature comme réserve naturelle (friche, forêt sauvage). Il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup d’espace pour créer une zone 5 sur votre terrain !
 
On représente souvent les zones de manière concentrique autour de la zone 0, ce n’est pas une règle à suivre absolument, la forme des zones sera dépendante de la configuration de votre terrain. Toutes les zones ne seront pas non plus toutes représentées. Voici ce que cela donne pour le moment dans le cas de l’Arbre de Vie (déplacez le curseur pour afficher/masquer les zones) :
Avant Après

Pour conclure cet article sur le design, pensez-le avant tout comme un moyen d’optimiser votre site, d’en maximiser les productions tout en réduisant vos efforts, créer un design qui vous ressemble, n’oubliez pas les points d’eau et les endroits de détente. Tout ceci est valable à la fois pour un projet à l’échelle domestique ou pour une micro-ferme !

Partagez autour de vous :
Étiquettes: